Dans une recherche constante d’amélioration dans ses réalisations, l’agence Mengeot&Associés développe les espaces sensoriels. Des environnements intérieurs ou extérieurs structurants, apaisants et relaxants pour les résidents. Une démarche initiée de longue date puisque Jean-Philippe Mengeot est formé depuis près de 30 ans à une approche « sensible » de l’architecture. Une expérience acquise à travers la construction d’établissements pour personnes handicapées.

Une intégration “naturelle”

Si les espaces sensoriels sont systématiquement intégrés dans chaque projet, c’est aussi une demande de plus en plus appuyée par les maîtres d’ouvrage. Ils sont considérés comme  essentiels dans une conception d’aujourd’hui. Il incombe donc à l’architecte de penser leurs emplacements dans la réalisation afin de les rendre attrayants et accessibles au plus grand nombre.

Qu’est-ce qu’un espace sensoriel ?

Un espace sensoriel est un environnement sécurisant et stimulant, proposant des sollicitations sensorielles douces et diversifiées. Elles permettent d’éveiller activement tous les sens que ce soit séparément ou simultanément : vue, toucher, odorat, sens de l’équilibre, audition… Habiter son corps suppose une maîtrise. Or, la sensorialité d’une personne âgée comme handicapée est modifiée. Corps, charpente osseuse et axes de symétries sont altérés ainsi que les sensations et les vecteurs de mouvements. Les ergothérapeutes, psychologues, psychomotriciens, kinésithérapeutes et personnels soignants vantent tous les mérites d’espaces sensoriels. Ils s’illustrent de salles d’éveil sensoriel, balnéothérapies, parcours thérapeutiques…

 

JARDINS THERAPEUTIQUES

 

Les salles dîtes Snoezelen*

Les objectifs des espaces sensoriels sont multiples : si celui-ci est une salle Snoezelen*, l’accent est mis sur la détente, associés à la relation avec l’accompagnant. Ces espaces souvent dédiés, jouent un rôle de « médiateur . Ils permettent aussi de favoriser la communication et la mise en relation avec autrui. Surtout lorsque l’utilisateur n’a pas de langage oral, comme l’autisme par exemple.

Une réalisation signée par l’agence

Cette approche Snoezelen* a été prévue par l’agence Mengeot&Associés dans le FAM (Foyer d’Aide Médicalisée) de Fontenay. Pour cela il a fallu concevoir un local de taille suffisante. Si ce local a été équipé par l’établissement, il a fallu en amont le doter de qualités d’isolation acoustique (cloisonnement, faux plafond, menuiseries extérieures) et d’un contrôle de la lumière (extérieur et électrique). A cela se sont ajoutés des équipements électriques (branchements divers, sonorisation) particuliers. Il ne s’agit pas d’un local classique, et, il doit être exécuté avec la plus grande attention.

Quels sont les autres formes d’espaces sensoriels ?

Dans ses projets à destination des populations autistes par exemple, l’Agence prévoit des espaces dit de « calme-retrait ». Il s’agit d’une petite pièce aveugle (dotée d’un oculus sur la porte pour permettre de surveiller l’enfant ou adolescent) qui permet de calmer une crise. Isolé avec un éducateur, cet espace aide la personnes à canaliser ses émotions. Elle la met ainsi en sécurité, à l’écart du groupe et du local d’activités.

La balnéothérapie & les pateaugeoires

L’eau, bénéfique pour tous, l’est particulièrement pour les personnes en situation de handicap. Objet de détente, elle génère des sensations corporelles positives. Elle délie le corps, permet de le réapprivoiser et d’étirer les muscles trop statiques en fauteuil. Elle est aussi porteuse de bienfaits pour l’esprit. A la détente et au plaisir s’ajoutent plus de confiance en soi, le  maintien ou le développement de la motricité. Le handicap semble aussi moins lourd dans l’eau.

 

 

Quelques exemples ?

Comme dans tous les autres FAM, l’agence a installé dans celui de Nonancourt, un espace de balnéothérapie, mais avec vue sur les arbres. Il agit comme un « bain de nature » qui permet au patient de s’échapper en emmenant son regard sur autre chose que sa pathologie. Une évasion de l’esprit qui s’ajoute à l’eau procurant une sensation de légèreté. Elle soulage les maux et libère les mouvements. Dans l’IME (Institut Médico-Educatif) de Carrières-sur-Seine, c’est une pataugeoire qui est destinée aux résidents.

Le travail spécifique de l’architecte

Le travail de l’architecte est essentiel pour réaliser un espace de balnéothérapie agréable et pratique. C’est un lieu clos qui nécessite des matériaux résistants à des degrés d’humidité très élevés. Elle requiert également une très bonne ventilation à température contrôlée, des espaces de change accessibles et bien dimensionnés, et, un local technique adapté et silencieux. Les études en amont permettent de mettre au point la parfaite intégration du bassin dans le gros œuvre (réservations béton préalables, synthèse des fluides, éclairage et ventilation). Les mises au point de détails (sol, faux plafonds hygiène et phonique, menuiserie intérieure, …) sont indispensables pour assurer un résultat cohérent et réussi. L’agence travaille en étroite collaboration avec les fabricants dès la conception du projet pour éviter tout problème lors de la pose en cours de chantier.

espace balnéothérapie donnant sur la verdure

L’apparition des chambres d’amour

Apparues il y a une petite dizaine d’année, c’est un sujet encore un peu tabou en EHPAD, mais un peu moins en foyers de vie pour personnes handicapées. Cela fait en effet partie du développement de la vie d’un jeune adulte, quelles que soient ses capacités moteurs ou mentales. Si la demande est rare, l’agence a cependant eu plusieurs occasions de prévoir un local dédié pour certains projets. Là encore il ne s’agit pas d’une simple pièce avec un lit ! L’objectif est de créer une véritable parenthèse dans la vie de ceux qui sont amenés à se rendre dans cette chambre. Elle ne doit en rien rappeler le milieu hospitalier. Elles doivent au contraire suggérer l’évasion et la détente. Est conçu par l’agence dans la mesure du possible, un espace extérieur sécurisé à l’abri des regards. Végétalisé, c’est une sorte de petit « bosquet » comme on pouvait l’interpréter au temps du roi Soleil, mais modernisé !

Une organisation spécifique

La chambre en elle-même peut accueillir une baignoire balnéo, un lit, un espace salon etc. Elle doit être de bonne dimension, volontairement à l’écart du reste des chambres. Cela permet de renforcer la sensation d’extraction du quotidien (« escapade ») pour les résidents. Elle peut être dotée d’un système de sonorisation intégré, d’éclairage à variateur, d’occultations des baies (rideaux, stores…) Elle peut même être dotée de diffuseurs de parfum d’ambiance dans la ventilation. Le tout afin de rendre le lieu chaleureux et agréable.

 

*L’approche Snoezelen en quelques mots

Snoezelen vient de Doezelen, somnoler et de Snuffelen, ressentir.  Née aux Pays-Bas dans les années 1970, l’approche Snoezelen est une démarche d’accompagnement. Elle est basée sur la relation à l’autre par la recherche du bien-être et d’une sécurisation donnant lieu aux expériences sensorielles. Si aujourd’hui, elle s’étend à de nombreuses populations, notamment aux personnes présentant des troubles du spectre autistique, elle était autrefois destinée aux patients polyhandicapés. Sécurisée par l’espace Snoezelen, la personne explore son environnement, devient actrice et favorise sa perception sensorielle et son développement.